Recherche UCL: Bouddha est-il réellement tolérant?

Louvain-la-Neuve, Belgium, 21-8-2014 — /EuropaWire/ — Les religions sont-elles toutes les mêmes quant à la promotion de l’amour et de la compassion ou quant à l’intensification des préjugés et de la discrimination des exo-groupes religieux, ethniques et moraux ? Est-ce que le bouddhisme, contrairement aux religions monothéistes, se distingue réellement par une plus grande tolérance et ouverture que le christianisme ? Ou cette tolérance bouddhiste existe-elle seulement dans l’esprit de certains Occidentaux émerveillés par une religion exotique ?

Magali Clobert, chercheuse aspirante FNRS à l’Institut de recherche en sciences psychologiques de l’UCL, en partance pour un post doctorat à la Stanford University, vient de terminer sa thèse à l’UCL sous la supervision du professeur Vassilis Saroglou (responsable du Centre de psychologie de la religion de l’UCL). Pendant les quatre années de sa thèse, elle a étudié ces questions à travers une dizaine d’études empiriques (enquêtes et expérimentations) tant en Belgique que dans certains pays asiatiques. Quatre de ces études viennent d’être publiées dans des revues internationales spécialisées en psychologie interculturelle.

Dans une première série de trois études menées en Asie (principalement Taiwan mais aussi Japon et Corée du Sud), les chercheurs UCL (en collaboration avec des chercheurs taiwanais) ont examiné les liens entre d’une part l’intensité des croyances et pratiques bouddhistes (chez des jeunes adultes et adultes) et d’autre part la prosocialité (altruisme) et les préjugés/discrimination envers différents groupes : ethniques, religieux et moraux (homosexuels). Pour éviter des biais de désirabilité sociale (via exclusivement des self-reports), la prosocialité a été mesurée de manière quasi-comportementale (partage spontané de gains hypothétiques) et les préjugés ont été mesurés de manière à la fois explicite et implicite (hors conscience des participants).

Résultat, il s’est avéré qu’une plus grande « religiosité » bouddhiste était accompagnée non seulement par plus de comportement prosocial – ce qui est aussi souvent le cas dans des études avec des populations de tradition chrétienne, mais aussi par peu de préjugés, à savoir par plus de tolérance envers des exo-groupes ethniques, religieux, et même, dans une certaine mesure, moraux (homosexuels) – ce qui n’est pas le cas dans des études en contexte monothéiste, si ce n’est plutôt le contraire. Toutefois la tolérance bouddhiste n’était pas illimitée : les athées n’en bénéficiaient pas.

Dans une quatrième étude en laboratoire en Belgique, Magali Colbert s’est focalisée sur des indices de lien causal : est-ce bien les notions bouddhistes qui activent de la compassion envers les autres ? Les participants, étudiants belges francophones de tradition chrétienne, étaient invités à réaliser une tâche dans un local (1) soit décoré par trois photos bouddhistes, (2) soit décoré par trois photos musulmanes (équivalentes en contenu), (3) soit pas décoré. Par la suite, la chercheuse mesurait la prosocialité (comme ci-dessus) et les préjugés/discrimination implicites envers les Flamands. Il s’est avéré que, par rapport aux deux autres conditions (images musulmanes ou pas d’images), l’exposition indirecte à des images bouddhistes d’une part augmentait la générosité (partage des gains hypothétiques) et d’autre part diminuait les préjugés anti-Flamands – au moins chez les personnes prédisposées aux valeurs universalistes. Ces résultats ne sont pas isolés ; depuis lors d’autres études supplémentaires menées par les chercheurs UCL les ont confirmés.

Ces résultats ne permettent peut-être pas de résoudre nos problèmes communautaires mais apportent un regard neuf à la question de savoir si toutes les religions sont les mêmes quant à leurs effets sociaux. Elles confirment aussi l’idée qu’une perception positive du bouddhisme en Occident ne se base pas que sur des stéréotypes mais reflète une réalité empirique qui semble être vécue tant en Orient qu’en Occident.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Infos ? www.uclouvain.be/psyreli
Publications : http://jcc.sagepub.com/content/early/2014/08/12/0022022114546641 et
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0147176712001174
Qui (presse) ? Magali Clobert, aspirante FNRS à l’Institut de recherche en sciences psychologiques de l’UCL :
magali.clobert@uclouvain.be

Votre contact
Isabelle Decoster – 010 47 88 70 ou 0486 42 20 ou isabelle.decoster@uclouvain.be

Comments are closed.